/ Actualités > FRELON ASIATIQUE ET RECHERCHE DE NIDS

FRELON ASIATIQUE ET RECHERCHE DE NIDS

Toutes les actualités

Environnement
  • Facebook
  • Twitter

Pour lutter contre le frelon asiatique inscrit dans la liste des dangers sanitaires de deuxième catégorie, apprenez à le reconnaître et signalez sa présence.

Le frelon asiatique poursuit sa progression sur le territoire rhônalpin. Outre la problématique liée à sa présence sur les zones urbanisées, il représente une véritable menace pour la biodiversité1 et la santé des abeilles2.

Plan de surveillance et de lutte régional

Un dispositif de surveillance et de lutte, piloté par la Fédération Régionale des Groupements de Défense Sanitaire (FRGDS), vise à repérer et faire détruire les nids par des entreprises spécialisées avant la sortie des fondatrices (à la fin de l’automne), afin de maintenir la population de frelons asiatiques à un niveau acceptable.

Deux types de nids peuvent être observés :

  • Les nids primaires : visibles dès les premiers beaux jours, au printemps
  • Les nids secondaires : visibles dès le début de l’été, correspondant à une délocalisation de la colonie qui abandonne le nid primaire, trop petit.

Voir l'image en grand




















Comment signaler un individu ou un nid ?

Toute personne suspectant la présence d’un frelon asiatique est invitée à en faire le signalement soit :

  • Sur la plateforme de signalement en ligne : frelonsasiatiques.fr
    En téléchargeant l’application mobile « Frelon Asiatique »

Voir l'image en grand2019 : Une baisse du nombre de nid découverts

Sur l’ensemble de la région Auvergne Rhône-Alpes, le nombre de nids observés en 2019 est de 682 contre 1360 en 2018.

Dans l’Isère, 35 nids découverts en 2019 contre 37 en 2018.

Les conditions climatiques de l’année semblent avoir été défavorables au prédateur. Malgré tout, le frelon asiatique continue sa progression.


1. Arrêté du 26 décembre 2012 relatif au classement dans la liste des dangers sanitaires du frelon asiatique
2. Règlement UE 2016/1141 de la Commission du 13 juillet 2016