/ / / Des espaces naturels sensibles

Des espaces naturels sensibles

La colline de Comboire

Attenante à l’ÉcoQuartier de Pré Nouvel, la colline de Comboire est un véritable réservoir de biodiversité. Le 17 mai 2019, la commission permanente du Département de l’Isère statuait sur le premier plan de gestion de la colline de Comboire, labellisée Espace Naturel Sensible en 2017. Ce plan de gestion répertorie l’ensemble des actions à mener de 2019 à 2023 pour préserver ce site naturel.

Ce plan de gestion représente l’ensemble des actions qui seront menées, dans un premier temps, sur les 5 prochaines années.

Pour rappel, un espace naturel sensible est un site naturel dont le fort intérêt biologique et paysager nécessite une protection particulière. C’est un lieu de découverte des patrimoines : naturel, culturel et paysager. La colline de Comboire a obtenu cette labellisation du Département de l’Isère en 2017 suite à une demande conjointe des villes de Claix et Seyssins, sur lesquelles se situe la colline. C’est d’ailleurs ensemble que les deux villes ont travaillé à l’élaboration du plan de gestion du site.

Pourquoi un plan de gestion ?

Le site a de nombreux intérêts : un patrimoine écologique et paysager remarquable, ainsi qu’un patrimoine historique et préhistorique riche et des activités socio-économiques variées. Aujourd’hui, de nouvelles contraintes se présentent à lui, dues à l’urbanisation grandissante et la forte fréquentation des lieux. L’objectif n’est pas d’attirer de nouveaux visiteurs mais de gérer la fréquentation existante en conciliant les différents usages (randonnée, chasse, exploitations agricoles…).

Qu’estce qu’un plan de gestion ?

Document de référence de la gestion d’un site naturel, le plan de gestion en détermine les enjeux. Il définit les objectifs et les actions à mettre en œuvre. Ce travail est réalisé en partenariat avec plusieurs associations naturalistes (LPO, Frapna...), associations d’usagers (cyclo‐club, fédération d’escalade...), entreprises (Vicat,...), avec aussi la Gendarmerie, l’Armée et l’Etat. Le plan de gestion va de paire avec l’Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope qui gérait le lieu jusqu’à aujourd’hui. Après une phase de diagnostic et une identification des enjeux de préservation, l’heure est aujourd’hui à l’action.

Quelles actions depuis 2019 ?

Plusieurs actions phares :

  • Inventaires de la faune : chiroptères (chauves-souris), hiboux grand-duc, faucons pèlerins, amphibiens, insectes, reptiles, castor d'Europe...
  • Inventaires de la flore en partenariat avec l'association Gentiana
  • Travaux de restauration des pelouses sèches pour favoriser la biodiversité : fauchage des prairies ouvertes lorsque le pâturage n'existe pas, écorçage et coupe de ligneux.
  • Accompagnement des propriétaires à la gestion de leurs parcelles (prairies, forêt, sentiers...) : sensibilisation autour des plantes exotiques envahissantes, de l'exploitation du bois, conventionnement pour le fauchage...
  • Concertation avec les usagers du site : activités sportives, de loisirs, agricoles et militaires.
  • Étude et organisation de la fréquentation : recensement et hiérarchisation des chemins et sentiers, élaboration d'un plan de déplacement et d’accessibilité de l’ENS, sécurisation et fermeture de certains sentiers, installation de compteurs piétons...
  • Actions pédagogiques : signalétique des sentiers et en entrée de site, règlementation du stationnement autour du Fort de Comboire, animations par l’association des Amis du Fort, sorties naturalistes avec les associations de protection de la nature…
  • Tournée de surveillance du site : respect de la réglementation, constatation d’actes contrevenants, intervention sur certaines espèces exotiques envahissantes, ramassage des déchets, entretien courant des sentiers et des outils pédagogiques, contribution à la veille écologique etc.

Au total, 63 actions sont inscrites sur ce premier plan de gestion.

Voir aussi la rubrique Patrimoine / La colline de Comboire
Téléchargez la synthèse du plan de gestion.
Téléchargez l'arrêté préfectoral de protection de biotope de la Colline de Comboire

Crédit photo : Ville de Claix

Les falaises du Vercors

Les villes de Seyssins, Claix, Seyssinet-Pariset, Varces, Lans-en-Vercors et St Nizier-du-Moucherotte ont engagé en 2019 une démarche de co-construction visant à protéger l'espace naturel d'exception que constituent les falaises du Vercors, du pic Saint-Michel au Moucherotte. Le Parc naturel régional du Vercors a été chargé par le département de rédiger le plan de gestion de ce futur Espace Naturel Sensible qui devrait être labellisé en 2022.

L'objectif est de préserver la biodiversité associée à ce milieu tout en veillant à la prise en compte, au respect et à la cohabitation entre acteurs et usagers présents sur les falaises et à proximité. L’enjeu majeur est la préservation de l’avifaune (aigle royal, faucon pèlerin), notamment en période de nidification des rapaces. Ce secteur est également constitué d’espèces végétales patrimoniales rupestres et d’éboulis (secs ou froids) avec des habitats naturels d’intérêt.

Une première étude diagnostique a été lancée à ce sujet par la commune de Claix en 2019. Les associations naturalistes locales (Conservatoire des Espaces Naturels de l’Isère, Ligue pour la Protection des Oiseaux de l’Isère et Gentiana) ont été mobilisées pour mener cette étude. Ceci a permis de :

  • diagnostiquer en mettre en évidence les enjeux concernant la faune, la flore, les habitats naturels et la géologie
  • mieux connaître les usages présents, par la concertation des acteurs de chaque discipline et l’analyse des pratiques sportives ainsi que leur impact sur la biodiversité et les espèces patrimoniales
  • proposer des réglementations particulières concernant les activités pouvant nuire aux objectifs de conservation de la faune, de la flore et des habitats
  • proposer des recommandations pour d’éventuelles mesures de restauration et de gestion.

La zone d’étude retenue est volontairement large. Elle s’étend du pic Saint-Michel au Moucherotte en incluant des secteurs particuliers.
Pour Seyssins, ces secteurs comprennent une partie des Rochers Roux, la grotte Vallier et une partie des falaises des contreforts du Moucherotte, une partie du vallon des Forges, et des éboulis froids.

L’Office National des Forêts a été sollicité dans ce cadre pour sa connaissance des milieux. La forêt communale de Seyssins comprend en effet plusieurs parcelles qui s'étendent au chemin des bois communaux et au hameau du haut Seyssins jusqu'au sommet du Moucherotte.

L'étude diagnostique montre que les outils à mobiliser pour une protection environnementale maximale sont identiques à ceux mobilisés pour la protection de la colline de Comboire. Il s'agit des outils complémentaires de gestion, de type Espace Naturel Sensible (ENS), et réglementaire, de type Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope.

Le département, la Direction Départementale des Territoires et le Parc Naturel Régional du Vercors ont été sollicités par les 6 communes (Seyssins, Claix, Seyssinet-Pariset, Varces, Lans-en-Vercors et St Nizier-du-Moucherotte) et l'ONF pour la mise en oeuvre de tels outils de protection (ENS et APPB) et pour un portage de ce projet au niveau du Parc du Vercors, périmètre duquel les 6 communes font partie.