LE MOIS DE LA PHOTO 2018

Tous les évènements

Lorenzo Burlando
Saison culturelle 2018/2019
  • Facebook
  • Twitter

Une sixième édition du Mois de la Photo autour de la thématique du corps.

Le centre culturel Montrigaud accueillera, du 8 au 30 novembre, une exposition photographique s’inscrivant dans le OFF du Mois de la Photo, conçue par la Maison de l’image.
Retrouvez les artistes présentés et les lieux d’exposition sur le site maison-image.fr.
Exposition en partenariat avec le Mois de la photo.

CORPUS TUERI
Arsenio Felipe Reyes
Voir l'image en grandCette série se construit à partir d’une une réflexion sur le statut du corps. Corpus Tueri (Le corps protégé) pose la question sur l’intégrité du corps et le destin de cette enveloppe charnelle.
Le regard que nous portons sur le corps et les interrogations qu’il soulève, ne renvoient pas seulement à leur constitution biologique mais aussi à sa création philosophique et social.
Un corps qui peut parfois être synonyme de désordre et de discontinuité et qui reste inséparable du monde terrestre, ce monde qui peut s’avérer hostile et dans lequel nous pouvions nous sentir sans aucune protection.


AU-DELÀ DU MIROIR
Marie-Christine Pajon-Duperthuy et Véronique Reyna-Yribarren (Les petites duchesses)

Voir l'image en grand"Nous allons à la rencontre de personnes âgées dans un EPHAD pour tenter d’explorer leur rapport au corps. Nous nous intéressons à la manière dont elles se perçoivent et comment elles vivent leur image livrée au regard des autres.
Nous proposons à ces femmes de photographier leur reflet dans un miroir afin d’éviter une attitude trop intrusive et leur permettre de composer avec leur image.
Nous les questionnons sur leur histoire et leur quotidien. C’est un échange authentique qui s’instaure, à l’écoute de leurs ressentis sur les transformations de leur corps, l’adaptation à leur environnement. Cela nous permet d’entrevoir le vécu de ces nonagénaires.
Elles nous confient leurs souvenirs, se montrent fières à l’évocation de leur vie professionnelle.
Lorsque le silence s’installe, leur posture, leurs mains racontent leur histoire : le corps se livre.

Lors de l’editing notre attention est attirée par la stratégie d’évitement du miroir pourtant accepté.
C’est peut-être grâce à leur faculté à se souvenir, que ces dames acceptent de se prêter à notre jeu, la mémoire leur permettant de maintenir leur identité au-delà des apparences."