/ / / Le Plan Agricole et Alimentaire de Territoire

Le Plan Agricole et Alimentaire de Territoire

Plan agicole et alimentaire de territoire Seyssins Seyssinet-Pariset

Seyssins et Seyssinet-Pariset travaillent depuis 2017 à la mise en œuvre d’un Plan Agricole et Alimentaire de Territoire (PAT). Les deux communes ont été accompagnées par le Parc naturel régional du Vercors et Grenoble-Alpes Métropole pendant plus de 2 ans. Ce "projet" devenu "plan" fin 2019, permet aux deux communes d’avoir un cadre d’actions concrètes pour développer les principes d’une alimentation bio et locale sur leur territoire et soutenir l’agriculture durable.

PAT, vous participez ?

QU’EST-CE QU’UN PLAN AGRICOLE ET ALIMENTAIRE DE TERRITOIRE ?
Prévu dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, le PAT s'appuie sur un diagnostic partagé faisant un état des lieux de la production agricole et alimentaire locale, du besoin alimentaire du bassin de vie et identifie les atouts et contraintes socio-économiques et environnementales du territoire.
Il vise à donner un cadre stratégique et opérationnel à des actions répondant à des enjeux sociaux, environnementaux, économiques et de santé.


POURQUOI UN PAT ?
Seyssins et Seyssinet-Pariset ont fait le choix de prendre en compte la question alimentaire sur leur territoire pour permettre au plus grand nombre d'accéder à alimentation de qualité et de proximité.


Les objectifs ?

  • favoriser le développement des circuits courts en rapprochant les producteurs des consommateurs
  • rapprocher l'offre et la demande de produits de proximité et de qualité
  • sensibiliser les habitants au bien-manger.

LE DIAGNOSTIC
En 2018, les deux communes ont recensé les différents acteurs locaux (producteurs, commerçants, artisans, restaurateurs, écoles, collectivités etc.) afin de voir quelle est la part de production bio et locale dans leurs structures.
Ces derniers ont été questionnés pour comprendre pourquoi ils proposent, ou ne proposent pas ce type de produits.


UNE DÉMARCHE PARTICIPATIVE
Ensuite l’objectif a été d’associer les acteurs locaux de l'alimentation, les professionnels de santé, les citoyens et les élus des deux communes à ce plan agricole et alimentaire de territoire. De nombreux rendez-vous ont été nécessaires pour partager le diagnostic réalisé et bâtir un plan d'actions.

Aussi, depuis le début de la démarche en 2017, des événements et ateliers ont rassemblé un large public notamment avec un spectacle déambulatoire sous forme de "Safari" afin de permettre aux habitants de découvrir les lieux de production et d’être sensibilisés aux questions d’alimentation et de santé. En 2019, des ateliers ouvert à tous, ont permis d'échanger sur les thèmes de la qualité et la proximité, de la santé, du foncier et de la restauration collective.


PLACE A L'ACTION !
Près de 400 personnes ont contribué à l'écriture du plan d'actions, voté en conseil municipal en décembre 2019. 35 actions détaillées réparties en 5 orientations sont programmées à partir de 2020 pour être petit à petit réalisées.

Découvrir le plan d'actions

DES ACTIONS PHARES
La commune poursuit une démarche d’amélioration continue, pour faire bénéficier à la population, en priorité aux plus jeunes, d’une nourriture saine, issue de l’agriculture biologique et locale.

2011 : Les jardins familiaux, situés sur les Franges Vertes gérés par l'association Seyssins Jardins, sont mis à la disposition de jardiniers par la commune. Ensuite, des jardins partagés gérés collectivement par les habitants de quartier ont vu le jour rue du Parc et place du Belvédère. Des ateliers d'éco-jardinage y sont régulièrement organisés en partenariat avec Terre Vivante et Trièves Compostage.

2017 : 30% de produits bio et locaux sont intégrés dans la restauration du multi accueil avec la modification des pratiques d’achat et la mise en place de partenariats avec des fournisseurs de proximité. En plus du pain, l’approvisionnement bio et local porte dans un premier temps sur les fruits.

2018 : la commune adhère à « Un Plus Bio », association de cantines bio en France, dans le but de favoriser les circuits courts.

2019 :
la restauration des écoles comporte 20% de produits bio et 30% de produits locaux (en plus du pain bio et local) avec le changement de cuisine centrale dans le cadre d’une renégociation avec le fournisseur. Une démarche venue 3 ans avant l’obligation de la loi EGALIM, issue des États Généraux de l’ALIMentation) qui prévoit 50% de produits de qualité et durables, dont au moins 20% de produits biologiques notamment dans les établissements scolaires et ceux accueillant de jeunes enfants. En savoir plus sur les mesures de la loi EGALIM concernant la restauration collective.

2020 : conformément à la loi EGALIM et pour s’adapter aux nouveaux modes d’alimentation, un repas végétarien est distribué chaque semaine aux enfants de la restauration collective. De plus, un travail au long cours est mené avec les parents d’élèves qui a permis d'aboutir à la proposition d'une solution alternative quotidienne aux repas carnés aux familles qui le souhaitent.

D'autres projets sont en cours en lien avec différents acteurs : projet d'épicerie mobile solidaire avec Episol, essaimage des AMAP avec un maraîcher en bio et permaculture installé sur la commune depuis 2017, travail avec le département sur la préservation des zones agricoles sur la commune (PAEN)...

Consulter Y'a plus qu'à ! : un témoignage sur le plan alimentaire de Seyssins et les actions d'autres communes en Isère.
En savoir plus sur les actions de la commune en faveur de la biodiversité.

Dernière mise à jour le 08/06/2020